La Première Conférence internationale de femmes à Montréal aura lieu du 13 au 16 août 2010

Communiqué aux médias – Montréal, vendredi le 6 août 2010

La Première Conférence internationale des femmes à Montréal, Québec, organisée par le Comité des femmes de diverses origines aura lieu du 13 au 16 août 2010

Depuis près d’une décennie, un groupe de femmes basé à Montréal lutte sans relâche pour améliorer la vie des femmes ici et à l’étranger. Il s’agit du Comité des femmes de diverses origines. Comme son nom cherche à indiquer, le Comité rassemble des membres profondément enracinées dans une multitude de pays, de cultures et de problématiques. Elles militent pour une série de questions sociales, qui vont de la défense des droits des migrantes/ants à l’éradication de la violence faite aux femmes. Sa vision est unique en raison des liens étroits et de la participation de ces femmes aux luttes de leur pays d’origine, entre autres les Philippines, le Sri Lanka, l’Iran, la Palestine, le Pakistan, le Mexique, l’Équateur ou le Mali, ce qui donne à leur militantisme, centré au Québec et au Canada, une perspective véritablement internationale.

Du 13 au 16 août 2010, le Comité des femmes de diverses origines accueillera la Première Conférence internationale des femmes à Montréal, dont le thème est la construction d’un mouvement militant mondial des femmes au 21ème siècle, en lien avec les coorganisatrices de mouvements de l’hémisphère sud, dont Gabriela Philippines, le Réseau asiatique de femmes rurales et le Réseau d’action pour les droits des migrantes par mariage et à leur enpouvoirement (AMORRE).

Comme l’affirme Tess Tesalona, coordonnatrice de la Conférence : «Les 200 femmes qui participeront à cette conférence représentent des réseaux de femmes et de luttes du monde entier. Un grand nombre d’entre elles se trouvent sur la ligne de front des mouvements de résistance de leur pays et dans des situations de vie et de mort. Pour nous, les préoccupations des femmes ne sont pas abstraites, elles sont concrètes et liées à un contexte social très vaste.»

Depuis neuf ans, le Comité organise une conférence et une manifestation à l’occasion du 8 mars, mobilisant et encourageant les femmes jeunes et mois jeunes à appuyer et à se joindre aux luttes contre la guerre et la violence. Notre Conférence commémorera le 100ème anniversaire de la Déclaration de la Journée internationale des femmes. S’appuyant sur les initiatives antérieures, elle réunira des femmes de 19 pays et de quatre continents pour faire avancer la lutte pour le progrès social, la protection des droits des femmes et des droits humains. Elle proposera une autre voie opposée à la mondialisation impérialiste. Les discussions porteront sur de nombreux thèmes, entre autres les impacts du développement agressif, notamment des grands projets miniers, l’accès des femmes aux soins de santé reproductrice, les coûts sociaux de la migration, les droits des migrants, le racisme et l’exploitation au travail, les préoccupations des communautés autochtones d’ici et d’ailleurs.

«La tenue de cette conférence est, elle-même, un acte de résistance. L’initiative et l’engagement de nos sœurs du monde entier constituent la force motrice de cette rencontre. Cette mobilisation nous montre à quel point il est important de construire une alliance et de travailler ensemble. Cent ans après la Déclaration de la première Journée internationale des femmes, nous continuons de lutter pour les mêmes revendications. Comment devons-nous avancer? Quel genre de société voulons-nous construire? C’est pour répondre à ces questions que nous nous réunirons ici.»

Les conférencières de différentes générations et continents nous parleront : des aînées comme Edith Ballantyne, de Genève, militante du mouvement international des femmes et de la paix; de jeunes militantes comme Eni Lestari, travailleuse domestique indonésienne vivant à Hong Kong et dirigeante de l’Alliance internationale des migrants; Ellen Gabriel, présidente de l’Association des femmes autochtones du Québec et dirigeante mohawk basée à Kanehsatà:ke; Liza Masa, fondatrice du Gabriela Partylist, parti de femmes progressistes des Philippines, qui a obtenu plus d’un million de votes et a remporté deux sièges au Congrès aux élections générales de mai 2010.

Vous trouverez sur le blog de la Conférence des biographies des conférencières, les informations importantes sur la conférence, le programme de l’atelier ainsi qu’un grand nombre de renseignements à l’adresse suivante : https://miwc2010.wordpress.com/.

La conférence aura lieu au 7400 du boulevard St-Laurent (Métro de Castelnau) à Montréal.

La soirée d’ouverture et la soirée de solidarité, ouvertes au public, auront lieu au Centre communautaire Hingston, situé au 419 de la rue St-Roch, (10 minutes de marche du lieu de la conférence) le vendredi 13 août à 19h00 et le dimanche 15 août à 19h00, et les horaires seront respectées.

Une conférence de presse présentant les organisatrices et les déléguées internationales aura lieu à 10h00, vendredi le 13 août au YWCA, au 1355 du boulevard René-Lévesque Ouest.

Nous demandons aux journalistes de demander leur accréditation de presse pour la conférence en écrivant à : miwcmedia@gmail.com

Pour de plus amples informations, pour fixer des entrevues avec des organisatrices de la Conférence ou avec les déléguées internationales, nous vous prions de contacter :

Le Comité média de la conférence est:  +1 (514) 961-4047

-30 –

Advertisements
This entry was posted in Derniers nouvelles. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s