Nouvelles (français)

Conférence internationale des femmes à Montréal 13-16 août 2010

Nouvelles et liens – le 30 juillet 2010

Des conférencières exceptionnelles et des sujets passionnants :

Une conférence inaugurale Avancer vers un mouvement mondial militant des femmes au 21e siècle, par Liza Masa, ancienne présidente de Gabriela aux Philippines et fondatrice de la liste partisane Gabriela, qui obtint plus d’un million de votes et deux sièges aux Congrès lors des dernières élections générales en Philippines.

La mondialisation impérialiste et ses impacts sur les femmes avec la militante socio-culturelle Amina Traore, ancienne Ministre de la culture du Mali.

La résistance des femmes à l’exploitation et à l’oppression avec Dr. Dolores Chew, une membre fondatrice du Centre communautaire des femmes d’Asie du Sud à Montréal et de Femmes de diverses origines.

Douze ateliers :

Travailleuses combattant l’exploitation, avec Brenda Stokely, organisatrice de la Marche d’un million de travailleurs et travailleuses en 2004 aux États-Unis, et Nenita Gonzaga, vice-présidente de la Confédération syndicale militante KMU (Mouvement syndical du 1er mai) aux Philippines.

Femmes et migrations s’intéressera aux défis et victoires dans l’organisation des femmes, des migrantes mariées et travailleuses domestiques en Asie, jusqu’au femmes d’Amérique latine travaillant dans les maquiladoras et les sweatshops.

Femmes et religion s’attardera sur le lien entre fondamentalisme et impérialisme ;

Femmes et santé se penchera sur la santé reproductive et l’accès des femmes aux services de santé, ainsi que sur les femmes en tant que travailleuses dans le domaine de la santé.

Luttes des femmes autochtones, avec des conférencières de Femmes autochtones du Québec et avec des femmes autochtones d’Amérique latine et d’Asie.

Femmes de la paysannerie et des régions rurales, avec comme invitée Olga Djaneva de l’Association des femmes rurales du Kirghizstan.

Femmes luttant contre le racisme, la discrimination et les génocides avec comme invitée Dalmilvany Gnanakumar, une jeune travailleuse de la santé enlevée par l’armée alors qu’elle allait travailler avec des réfugiées Tamil fuyant le génocide au Sri Lanka.

Femmes résistant au développement agressif avec des conférencières issues de la résistance contre les méga exploitations minières et autres soi-disant projets de développement en Indonésie, au Mexique, aux Philippines et au Lac Barrière au Québec.

Nous entendrons parler de l’expérience des femmes sous le socialisme et dans les mouvements de libération nationales à Cuba, au Népal, en Chine, aux États-Unis et aux Philippines.

Toutes ces conférencières traversent les générations, des plus anciennes, comme Edith Ballantyne, une vétérante du Mouvement international des femmes pour la paix, aux plus jeunes comme Eni Lestari ou Anick Sioui.

Cette conférence permettra la rencontre de femmes qui ont beaucoup à partager et la volonté d’apprendre les unes des autres. C’est une occasion unique pour les montréalaises d’écouter en première ligne les luttes des femmes partout dans le monde, dans une perspective anti-impérialiste.

Veuillez regarder ce site Internet pour la liste complète des ateliers et des biographies plus denses de nos conférencières. Elles sont mises à jour quotidiennement, alors n’hésitez pas à les consulter.

https://miwc2010.wordpress.com/biographies/bios-conferencieres-francais/

Inscrivez-vous dès maintenant, car les places sont limitées !

Nouvelles et liens – le 20 juin 2010

Il ne reste que huit semaines avant le début de la Conférence internationale des femmes à Montréal, et l’organisation va bon train, comme en témoignent les rapports des comités organisateurs en Amérique du Nord.

Des organisations de femmes anti-impérialistes des États-Unis se préparent pour la Conférence de Montréal

Des organismes américains en provenance de Seattle, New York et San Francisco unissent leurs efforts pour déléguer des membres et faire connaître leurs enjeux spécifiques lors de la Conférence internationale des femmes à Montréal, qui se tiendra du 13 au 16 août 2010. Dans la région de la baie de San Francisco, MAIZ (Movimiento de Acion, Inspirando Servicio – Mouvement d’action, Services inspirés) et BABAE San Francisco ont tenu une rencontre d’information dans le but d’inviter les représentantes de leurs organisations à la Conférence. Une autre rencontre est prévue à la fin juillet.

Une caravane de déléguées, dirigée par Pinay Sa Seattle, traversera le pays, du Nord-Ouest jusqu’à Montréal, dans le but de faire connaître les luttes et les victoires de leur communauté. À New York, des membres de Femmes de diverses origines de Montréal ont assisté à une rencontre pour consolider la délégation new-yorkaise, qui inclut les membres de Women’s Fightback Network (Réseau de riposte des femmes) et Filipinas for Rights and Empowerment (FiRE) (Femmes philippines pour les droits et l’empowerment). Dans le but d’encourager la participation d’un plus grand nombre de femmes et d’organismes à la Conférence, une autre rencontre aura lieu à New York, le 19 juin 2010. À l’échelle régionale, nos efforts principaux de recrutement seront faits lors de notre atelier au United States Social Forum (USSF) (Forum social américain), le 23 juin à Détroit.

(photo) Des membres du Comité organisateur de Montréal à New York avec les organisatrices.

Parmi les conférencières et participantes en provenence des États-Unis:

Ramona Africa, ministre des Communications de l’organisation MOVE (groupe de libération des Afro-Américains basé en Philadelphie), ancienne prisonnière politique et seule survivante adulte du bombardement et du massacre du MOVE par le gouvernement le 13 mai 1985 à Philadephie. http://en.wikipedia.org/wiki/MOVE

Monica Moorehead est membre du secrétariat du Workers World Party et directrice du journalde cet organisme qui lutte pour le socialisme et en et fait la promotion. Mme Moorehead est militante du Women’s Fightback Network (Réseau de riposte des femmes), qui organise des événements pour marquer la Journée internationale des femmes à New York chaque année.

Brenda Stokely est une militante en faveur des droits humains qui se consacre à mettre fin à toutes les formes d’oppression nationale, de racisme, de sexisme et d’exploitation des ouvrières et ouvriers. Elle a co-fondé et construit plusieurs organisations clé, comme le Million Worker March en 2004 (la Marche d’un million de travailleurs et travailleuses) et NY Labor Against the War (Travailleurs et travailleuses de New York contre la guerre).

Ligia M. Gualpa, du Latin American Workers Project (LAWP) (Projet des ouvrières ou ouvriers latino-américains): http://latinamericanworkers.tripod.com/lawp/

(photo) Les membres du Comité organisateur de Toronto, Ontario pour la CIFM 2010.

Le comité organisateur de Toronto favorise une large participation

Le comité organisateur de Toronto consiste en une alliance de groupes anti-impérialistes dont GABRIELA Ontario, Migrante-Ontario, BASICS Free Community Newsletter, Justicia for Migrant Workers, CUPE 4308, Canadian HART et plusieurs individus. Leurs activités préparatoires ont débuté lors de la Journée internationale des femmes. Elles ont organisé des ateliers d’éducation populaire, des événements culturels et une marche. Des efforts concertés sont faits pour encourager la participation des femmes de différentes organisations, institutions et communautés. À ce jour, la délégation de Toronto inclut des travailleuses, des migrantes, des groupes de solidarité, des organisations communautaires et des représentantes syndicales.

Quelques-unes des conférencières en provenance de Toronto sont Shahrzad Mojab du Iranian Women’s Organization of Ontario (Organisation des femmes iraniennes de l’Ontario) et Maru Maesa du Independent Workers Association (Association indépendante du travail).

Pour contacter le comité organisateur de Toronto par courriel : womynanti.imperialists@gmail.com

Entretemps, à Montréal, le comité des bénévoles offre un soutien bien apprécié aux organisatrices dans les tâches de programmation, de la logistique, des communications et de la levée de fonds.

(photo)Les membres du comité organisateur de Montréal et quelques bénévoles.

Parmi les conférencières confirmées:

Ellen Gabriel est présidente de Femmes autochtones du Québec. Elle a grandi au Kanehsatà:ke, ou elle s’est jointe aux membres de sa communauté qui ont érigé des barricades en mars 1990 pour protéger les terrains ancestraux revendiqués par les Mohawks contre l’agrandissement du golf d’Oka. Elle a été choisi par le peuple du Longhouse et par sa communauté pour les représenter comme porte-parole pendant la crise d’Oka de 1990.

Edith Ballantyne de la Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté à Genève, une des plus vieilles organisations féministes pour la paix fondée en 1915.

Nenita Gonzaga, vice-présidente à la condition féminine, Kilusang Mayo Uno (Centre syndical du Premier mai) Philippines.

(photo)Eni Lestari, présidente de l’Alliance internationale des migrants, parlant devant la 2e Assemblée internationale des migrants et réfugiés à Athénes.

Eni Lestari est travailleuse migrante indonésienne à Hong Kong, porte-parole du Asian Migrants Coordinating Body (Coordination des migrants de l’Asie), et Présidente de l’Alliance internationale des migrants.

Rajashri Dasgupta est journaliste independente basée à Kolkata en Inde. Elle est spécialisée dans les questions de genre, de santé des femmes, de droits humains et de mouvements sociaux.

Dr. Shree Mulay est spécialiste dans le domaine de la santé reproductive des femmes, et membre fondatrice du Centre communautaire des femmes sud-asiatiques de Montréal.

L’Honourable Flor Marcelino, Ministre de la culture, du patriomoine et du tourisme, et Ministre responsable du multiculturalisme du Manitoba. Militante au niveau communautaire, Mme. Marcelino fut la première femme de couleur élue à l’Assemblée législative du Manitoba, et la première personne de minorité visible à faire partie du Cabinet du gouvernement provincial du Manitoba.

Pour plus d’information, et pour réserver votre place au CIFM 2010, veuillez consulter le site de la Conférence https://miwc2010.wordpress.com

Inscrivez-vous dès maintenant!

(Vos frais d’inscription aide aussi à financer la participation des conférencières des pays du Sud).

Conférence internationale des femmes de Montréal 2010
Du 13 au 16 août 2010

Nouvelles et liens – le 21 mai 2010

Les préparatifs fonctionnent à pleine vapeur pour notre grande conférence internationale des femmes impliquant des femmes des cinq continents, qui se tiendra à Montréal (Qué.), au Canada, du 13 au 16 août 2010. La Conférence internationale des femmes de Montréal 2010 est un projet ambitieux de célébration du 100e anniversaire de la Journée internationale des femmes; la CIFM est organisée par un collectif mondial de femmes, qui inclut le groupe montréalais Femmes de diverses origines.

La cérémonie d’ouverture mettra en vedette Madame Ellen Gabriel, présidente de l’organisation Femmes autochtones du Québec, et le talentueux groupe musical Odaya, une formation de tambours et de voix autochtones composée de cinq femmes de Nations différentes (Saulteaux, Anishnabeg, Mohawk, Innu et Wendat).

L’emplacement de la conférence est maintenant confirmé: Le 7400 Saint Laurent, au 7400, boulevard St-Laurent, un endroit bien desservi par les transports en commun, à quelques pas de la station de métro DeCastelnau. Le site comprend de confortables résidences pour les participantes à la conférence ainsi que des salles de rencontres et une grande salle de conférence pour les sessions plénières.

La dernière journée de la conférence, le 16 août, sera la session de fondation de l’Alliance Internationale des Femmes.

Les divers comités et bénévoles de la CIFM ont travaillé très fort : vous trouverez ci-dessous les plus récentes nouvelles de leurs préparatifs:

Voyez notamment la nouvelle affiche/graphique de la conférence, créée par Dominique et Rafael Azocar, un tandem fille-père qui participe également à la formation de musique chilienne Acalanto. Carmen Pavez, du même groupe, fait partie du collectif Femmes de diverses origines et a souvent donné des performances lors de nos activités publiques. Voir le site Web d’Acalanto au  http://www.acalanto.org/

Un autre nouvel instrument servant à préparer la CIFM est le blogue de la conférence:  https://miwc2010.wordpress.com/, créé pour nous par une bénévole, Florence So, consultante en TIC de jour et VJ de nuit. Découvrez son site à   http://www.pinkrubberlady.com/

Gabriela Philippines, un des organismes créateurs de la conférence, vient de terminer une campagne très intense à l’occasion des élections présidentielles aux Philippines, le 10 mai. La Gabriela Partylist a réussi à récolter plus d’un million de votes, et le dépouillement des votes n’est même pas terminé! Cela pourrait leur valoir deux ou même trois sièges au Congrès. Nous espérons accueillir une de ces parlementaires militantes à notre conférence du mois d’août.

Le Centre d’appui aux Philippines – Centre for Philippine Concerns (CAP-CPC), une des organisatrices de la conférence à Montréal, a contribué à envoyer une délégation de cinq observateurs et observatrices de la People’s International Observers’ Mission à cette élection du 10 mai. Consulter à ce sujet le blogue du CAP-CPC:  http://cap-cpc.blogspot.com

Le Festival Accès-Asie termine sa 15e édition annuelle à Montréal, en mettant en vedette des talents d’origine asiatiques au Canada. La fondatrice-directrice de ce festival est Janet Lumb, matrone d’honneur de la CIFM. Félicitations pour un festival réussi, Janet!

Les membres du comité organisateur montréalais de la CIFM ont récemment rencontré des organisatrices de la conférence à New York. Les femmes des États-Unis comptent envoyer une importante délégation à notre conférence. Surveillez les nouvelles à leur sujet sur notre blogue. Elles invitent toutes et chacun à des actions coordonnées de solidarité le samedi 29 mai 2010, en opposition à une loi raciste adoptée en Arizona qui exige le port en tout temps d’une carte d’identité pour établir sa citoyenneté.

Le Mouvement contre le viol et l’inceste (MCVI), une autre association membre de notre comité organisateur montréalais, a contribué à une importante victoire en remportant un sursis de déportation pour Sayon Camara Sow, une femme enceinte originaire de Guinée-Conakry. Sayon, une demandeuse du statut de réfugiée, avait vu son recours en appel rejeté et attendait à l’aéroport lorsque sa déportation a été reportée. Beaucoup d’organisations se sont mobilisées pour faire valoir que les contributions à la santé des femmes en Afrique dont se vante le gouvernement canadien et sa position anti-avortement sont contredites par sa tentative de déporter une Africaine enceinte vivant au Canada. Le MCVI organise l’atelier sur Les femmes et la violence à la Conférence des femmes de Montréal.

La controverse entourant le programme canadien sur la santé des femmes en Afrique, qui exclut nommément toute aide en matière d’avortement (alors que la moitié des décès de femmes enceintes sont en Afrique australe et bon nombre sont dus à des avortements illégaux pratiqués dans des conditions de fortune) fera partie des discussions de l’atelier Les femmes et la santé, à la Conférence de Montréal. On y entendra des interventions de spécialistes en santé génésique comme la Dre Shree Mulay, qui fait partie de notre comité de Matrones d’honneur.

La coordonnatrice de la CIFM, Tess Tesalona, a rencontré des associations revendiquant la justice pour les femmes et les personnes migrantes au Mexique en mars et en mai dernier. Ces groupes enverront également des participantes à la conférence, notamment pour l’atelier Les femmes et la migration. Nous aurons plus de nouvelles à ce propos sous peu.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s